Dépôt de candidature, c’est fait pour Campagnard

Soilihi Mohamed est le premier à déposer sa candidature aux présidentielles à la cour suprême. L’occasion de confier à la presse que la sécurisation des élections, il n’en doute pas et que les institutions « feront preuve de sagesse».

 Hier, aux environs de 14h 30 minutes, le colonel Soilihi Mohamed, alias Campagnard a procédé au dépôt  de sa candidature aux élections présidentielles anticipées. C’est le premier à ouvrir le bal des prétendants. Accompagné de membres de son staff, détendu, il a remis les documents requis au service de dépôt. Selon le greffier en place, plus de 20 formulaires sont retirés, mais avant Campagnard, aucun candidat n’a encore déposé de dossier.

Si certains candidats et citoyens mettent en avant déjà le vol des élections, Campagnard n’y pense même pas. Il est aux antipodes. Il place sa confiance en la population et à ses anciens collègues. « Je crois à une révolution du peuple aux urnes et dans nos institutions. Ces dernières feront preuve de sagesse», a-t-il déclaré au siège de la chambre d’administrative et constitutionnelle de la cour suprême. Ainsi la volonté du peuple exprimée ne saurait être détournée. Le colonel ne fait pas partie de ceux qui appellent à la présence d’observateurs étrangers. Il fait plutôt confiance à ses anciens collègues et aux institutions. « L’armée fera preuve de responsabilité et d’ailleurs si je doute de nos institutions, je n’allais pas me présenter candidat », a-t-il  expliqué dans une intervention de 5 minutes qu’il a accordée à la presse après le dépôt de candidature. Donc, la sécurisation des élections, il n’en doute pas, parce que c’est un préalable.

Présentera-t-il des candidats au poste des gouverneurs ? Si certains pensent chercher des candidats au niveau des îles pour essayer d’attirer plus d’électorat, ce candidat malheureux aux dernières législatives dans la circonscription de Mitsamihouli Mboudé, sa région natale, répondra que pour l’instant il ne pense qu’aux présidentielles. « Je suis candidat aux présidentielles, je n’ai pas encore des gouverneurs » a-t-il rétorqué. Soilihi Mohamed croit battre le président république qui est investi candidat de la mouvance présidentielle mercredi dernier. Il pense avoir la confiance du peuple comorien, qui beaucoup d’entre eux le considèrent comme un héro national depuis 1995, lorsqu’il a fait face aux mercenaires. Un argument qu’il n’a jamais cessé d’avancer.

Mais réussira t-il à battre son ancien ami par cet argument ?

Par Ali Mbaé