Yali prêche pour l'entrepreunariat

« L’importance de la démocratie dans la gouvernance et L’autonomisation de la jeunesse, clés de développement » tels sont les deux thèmes abordés lors de la «Conférence National YALI Comores »

Du mercredi 12 au jeudi 13 septembre 2018,  YALI alumni Comores a organisé deux conférences à American Corner pour discuter sur « L’importance de la démocratie dans la gouvernance » une conférence animée par Tourqui Mohamed. Ensuite débattre avec les  jeunes étudiants et ressortissants de l’université sur «L’autonomisation de la jeunesse, clé de développement  d’une jeunesse responsable et citoyenne » animé par le coordonnateur de YALI Comores Ali Omar Abdillah.  « Ces deux conférences entrent dans le cadre de la sensibilisation des jeunes suite au changement de la constitution » a fait savoir le President de YALI Comores Jean Mone Ahmed .

Dans sa présentation, le comptable du Corps de la Paix aux Comores, Coordinateur de YALI Comores Ali Omar a  défini  l’autonomie  qui: «désigne la capacité d’une personne à assurer les actes de la vie quotidienne .La perte d’autonomie conduit à la dépendance » Dit-il. Il a ensuite indiqué qu’ «aux Comores, comme dans plusieurs autres pays d’Afrique et du monde, l’autonomisation de la jeunesse reste depuis toujours une préoccupation majeure pour les autorités gouvernementales et partenaires au développement malgré leur lassitude. » Il a prôné pour l’entrepreunariat des jeunes. C’est le moyen le plus efficace pour être indépendant. «Les jeunes doivent s’épanouir dans le privé et oublier la fonction publique qui est très limitée. La création d’entreprise est le meilleur moyen pour être autonome. »  Le conférencier a souligné qu’il y a un véritable défi à relever pour la création d’entreprise dans notre pays : ce sont les fonds.  Ali Omar Abdillah ainsi que l’assistance ont invité le gouvernement et les banques « d’alléger et faciliter la création d’entreprise  en facilitant l’accès aux  crédits. » Il a appelé les parents des enfants comoriens  à «financer d’avantage  la création d’entreprise au lieu de dépasser des millions pour tenter une aventure vers la France». Pour finir son exposé, le coordinateur a rappelé certains objectifs de son association YALI. « Nos objectifs c’est de : garantir l’autonomie économique des jeunes, des filles surtout, en leur permettant d’accéder à des moyens de subsistance durables et à un travail digne. Réduire les inégalités entres les jeunes hommes et les jeunes filles et à promouvoir les droits de ces dernières. »

Lors du débat, Docteur Said Abbas a déclaré que la jeunesse comorienne a été formatée pour être des bureaucrates et non des entrepreneurs. Il a invité les dirigeants à créer plus d’écoles techniques.  Il a exhorté les associations à sensibiliser la population sur « la culture de l’entreprenariat et de l’autonomie »

De son côté Tourqui Mohamed a partagé son expérience avec les jeunes sur  « l’importance de la démocratie dans la gouvernance. » Il a affirmé que « la démocratie est le pouvoir du peuple. Et le respect des lois. » Il a aussi soutenu que « La bonne gouvernance, c’est l’ensemble des stratégies mis en place par les autorités compétentes pour bien diriger leur pays ».  Pour parvenir  à la bonne gouvernance aux Comores il faut «lutter contre la corruption et instaurer la transparence dans les affaires. »  a-t-il conclu.

Par Chamsoudine SAID MHADJI