Comores-Cameroun, Ben Fardou, l’atout des verts

Après le Ghana le 13 novembre 2015, les Cœlacanthes et tout un peuple derrière eux s’apprêtent à recevoir un grand d’Afrique. Le Cameroun, quintuple champion d’Afrique de football, est l’hôte de ce samedi au stade Said Mohamed Cheikh de Mitsamiouli.

Les données du problème sont simples. Il faut battre les lions indomptables du Cameroun pour espérer prendre part à la Coupe d’Afrique des Nations 2019 qui a lieu justement au Cameroun. Ce dernier est qualifié d’office en tant que pays organisateur de l’événement continental le plus populaire de la terre des hommes à la peau brûlée.

 Le nom de l’adversaire ne doit surtout pas complexer les verts, ni son palmarès dans la compétition. Battre les ex coéquipiers d’Etoo, qui psychologiquement n’ont rien à perdre ni à gagner, si ce n’est défendre son statut de champion d’Afrique en titre, est une obligation. Les Comores doivent se relancer dans la course à la qualification. Tout est encore possible malgré une défaite d’entrée dans ces éliminatoires face au Malawi. Cette fois, les protégés d’Amir Abdou ont l’avantage d’évoluer à domicile avec un public qui répond toujours présent lors d’un pareil événement sportif. Ils auront face à eux une équipe compétitive qui a pris part à toutes les compétitions internationales les plus prestigieuses avec des résultats probants.

Quart de finaliste de la coupe du monde 1990 en Italie, le Cameroun a été champion olympique de la discipline en 2000 aux Jeux Olympiques de Sydney en battant l’Argentine. La clé du match va donc se jouer avec le mental. Le Cameroun peut être surpris. Il ne fait plus peur. Il n’a même pas pris part à la dernière coupe du monde disputée en Russie cet été. Il va falloir donc entrer dans le match dès l’entame de la partie.

Les Comores disposent de joueurs qui ont un vécu dans le football professionnel qui leur permet d’être à la hauteur de l’événement. L’exemple type est Ben Fardou. Il évolue à l’Etoile Rouge de Belgrade, récemment qualifié aux phases de poules de la ligue des Champions des clubs européens. Il est capable de faire la différence à tout instant. Rapide et virevoltant, il a un profil de renard de surface. Le genre de joueur qui évite le dribble ou la passe de trop. Adroit devant le but, Ben Fardou peut faire du bien à nos cœlacanthes.

Le seul point faible de notre équipe nationale réside dans la préparation de certains cadres qui ne sont pas titulaires dans leurs clubs cette année et qui manquent donc de compétitions. Le gardien de but Ali AHAMADA est la parfaite illustration mais l’expérience peut toujours pallier cette interrogation. Rendez-vous donc demain à 15 heures au stade de Mitsamiouli pour un événement sportif hors du commun.

Papa Moirab